Vous êtes ici : Accueil > Les projets pédagogiques > Le développement durable > Interventions sur le Risque Nucléaire
Publié : 22 avril 2015

Interventions sur le Risque Nucléaire

Durant la semaine projets, chaque classe de 4° a eu une intervention réalisée par Madame Geneviève BAUMONT spécialiste de l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) sur le thème du risque nucléaire.

Cette animation était proposée dans le contexte du développement durable où la question du nucléaire se pose en termes de choix de société. Tout citoyen doit donc pouvoir avoir accès à l’information, la comprendre et ainsi, au regard des risques, prendre une meilleure part à sa sécurité.

De ce fait, les informations données par l’exposition Gafforisk « radioactivité et nucléaire », que le collège a accueillie en avril, ainsi que l’intervention d’une experte de l’I.R.S.N. contribuent à vulgariser un sujet encore perçu comme très scientifique et complexe, tout en représentant une judicieuse stratégie d’information et d’éducation des jeunes.

Les objectifs visés par le biais de cette action étaient de permettre aux élèves de :

  1. comprendre la notion de risques majeurs.
  2. connaître les moyens mis en œuvre pour en limiter les impacts.
  3. comprendre le phénomène de la radioactivité, ses origines, ses mesures.
  4. comprendre le risque nucléaire à travers les effets sur la santé et l’exemple de Tchernobyl.
  5. apprendre les mesures de protection immédiates.

Les élèves ont bénéficié d’une présentation concrète concernant la radioactivité avec notamment l’utilisation pratique d’un dosimètre, d’une explication sur les conséquences de la fission nucléaire utilisée dans les centrales (à l’échelle de l’atome avec une maquette fissible), et sur la catastrophes de Fukushima ainsi que sur ses conséquences.

Les élèves ont ainsi pu comprendre que la radioactivité est présente partout et qu’elle peut être augmentée par certaines actions humaines ou en certains lieux sans représenter de danger pour la santé, à condition de rester en deçà des limites admises. Par contre, la perte de contrôle du processus ou l’accumulation de doses anormalement élevées, suivant les sortes d’atomes, peuvent avoir des effets à plus ou moins long terme.

N’oublions pas que l’éducation aux risques majeurs est une nécessité, dans la mesure où la prévention commence par la prise de conscience du risque. Or, cela n’est rendu possible que par le vécu ou par la culture du groupe dans lequel on vit.

C’est seulement à partir de là, que tout individu va pouvoir acquérir cette conscience par la connaissance du territoire où il vit. Et en intériorisant la connaissance du risque, là où il est, l’individu pourra avoir un comportement adapté et devenir responsable.

Il est donc essentiel de développer cette éducation qui contribuera à rendre notre planète plus sûre pour nous, mais également pour les générations à venir.

L’exemple de Telly Smith, cette jeune anglaise en vacances sur les plages de l’Océan Indien au moment du tsunami qui a expliqué à ses parents ce qui était en train de se produire, nous montre qu’apprendre sauve.